1) LA VOCATION

1893-1903 : La vie de marin

Né à Paris, en 1875, Georges Hébert entre à L’Ecole Navale à 18 ans, devient officier de marine et fait plusieurs voyages sur les derniers navires à voiles de la Marine.
Il admire les gabiers dans la mâture, observe et côtoie, lors des escales, les hommes dans leur façon ancestrale de vivre, ou les guerrilleros des guerres qui secouent l’Amérique centrale au tournant du 20ème siècle.

Il est frappé par la vigueur, l’habileté, l’adresse et la beauté de leurs corps et en cherche la raison.
En 1901 , à New York , il visite les salles de sport (musculation) de Atilla et il rencontre Sandow (Inventeur des sandow comme instrument d'exercices..).
Il trouve ses méthodes d'entrainement très artificielles et étant très éloignées de ce qu'il a vu en Afrique et en Amérique centrale et du sud.
A cette époque, il se lie d'amitié avec Demeny. Il est son inspirateur pour les familles d'exercices et la fiche d'évaluation.
 
Il lit aussi les livres d' Amoros ( Colonel espagnol 1770-1848 ) dont il s'inspirera beaucoup ensuite. En 1838, Amoros écrit le "Nouveau manuel complet d'éducation physique, gymnastique et morale".
Il y décrit une quinzaine de familles d'exercices et introduit la notion de qualité d'action (courage, vélocité, adresse, endurance mais aussi des qualités morales: sagesse, tempérance, bonté) .

1902 : l'évenement déclencheur

En 1902, son navire est à la Martinique.

Le 7 Mai 1902, veille de l’éruption de la Montagne Pelée, il se rend sur l'île, à Saint Pierre.

L'éruption se produit le lendemain, 8 Mai.

Elle détruit entièrement la ville  et tue ses 30.000 habitants en quelques minutes…

Avec des volontaires, Georges Hébert est chargé par le commandant de son navire de se rendre sur place avec une chaloupe.

 

Il est le premier à débarquer sur la plage. Il réussi à assurer le sauvetage de plus de 700 habitants.

 

C’est là, dans des circonstances dramatiques, au milieu des scènes de panique qu’il se rend compte que seul les êtres forts physiquement mais également moralement sont capables de se rendre utiles. Il écrira peu de temps après cette tragédie:
 

La ville de Saint Pierre entièrement dévastée.

"Dès lors ma voie était tracée. Dans notre société pacifique et pervertie, peut être par excès de civilisation, il fallait recréer des êtres forts".

Sa vocation était née; elle allait devenir l'œuvre de toute une vie. De là naitra la formule qui deviendra plus tard la devise de la Méthode Naturelle:

"E t r e   f o r t   p o u r   ê t r e    u t i l e"