1° L'hébertisme dans le monde

1903 : les prémices

Hébert a déjà quelques idées sur la formation physique des hommes. Il veut un entraînement :

  • Complet
  • Naturel
  • Utilitaire

Il est proche de DEMENY et de COUBERTIN et s’oppose à la méthode officielle en vigueur (méthode de l’école de Joinville qui reprend la méthode Suédoise (mouvements analytiques, effectués sur place)).

Il soumet un plan de réforme de l’enseignement de la « gymnastique » à la Marine Nationale qui l’affecte à l’Ecole des commandos de marine à Lorient. 

L’aventure commence…

Des mouvements analytiques, encadrés, cadencés...

1904 : Lorient

...vers un entraînement utilitaire.

Il prend la direction de l’entrainement des troupes de marine et commence à y appliquer ses idées.

Il remplace l’enseignement rigide et purement musculaire dispensé à plus de 1200 hommes par un enseignement plus utilitaire et établit des performances cotées (le futur « Code de la force ») pour en mesurer les résultats, qui s’avèreront extrêmement probants.

Mais il est isolé, le reste de l’armée continuant à utiliser la méthode officielle de l’Ecole de Joinville.

1907 : Premier livre

Hébert publie son premier livre : « L’éducation physique raisonnée ». L’ouvrage est  préfacé par  Demenÿ  dont on reconnaît l’influence.

Dans ce livre, Hébert continue à utiliser certains gestes de la méthode suédoise. Il écrira des années plus tard que c’était une erreur de sa part mais qu’ « il ne pouvait réformer brusquement au sein d’une institution telle que l’Armée… et avait dû faire des concessions » (Strohl, Revue de l’éducation  physique).

L’armée de terre choisit la Méthode suédoise qui devient sa méthode officielle.

Les armées de terre et de mer s’opposent alors frontalement sur la méthode à retenir.

Hébert jette les marins...à l'eau! Une révolution pour l'époque.

Découvrez les grandes étapes de la vie de G. Hébert